24
Juil

François Guillaume, l’humilité au service des éleveurs

François Guillaume - portrait
écrit par GDS
0 commentaire

Né en Belgique en Wallonie en 1980, François Guillaume est issu du milieu agricole.

Son père, éleveur de races blanc-bleu-belge, possède également un élevage de chevaux de race SBS ainsi que des cultures. D’autres membres de sa famille exercent également le métier. C’est dire si François connaît parfaitement le milieu de l’élevage ! « Je suis né parmi les animaux. J’ai toujours été passionné par le milieu de l’élevage. Le vétérinaire qui venait à la ferme était quelqu’un d’important pour moi, il me passionnait ! »
Après le BAC, il intègre l’Université de Namur en Belgique et poursuit ses études à l’Université de Liège en Belgique. Il obtient en 2005 son diplôme en médecine vétérinaire. Une expérience marquante au Québec lui permet de découvrir le métier du vétérinaire au sein de l’élevage laitier ainsi que le conseil en élevage. Cette approche globale de la gestion des problématiques sanitaires en élevage lui donne une toute autre vision du métier.
C’est en septembre 2005 que François décide de partir en France en famille dans un bassin laitier. Il remplace un vétérinaire pendant 15 jours dans le Morbihan. Finalement, l’expérience se poursuivra… François décide de s’installer en France avec son épouse.
Il exerce le métier de vétérinaire libéral jusqu’en 2012. Chevillée au corps, la passion des animaux et de l’élevage, a toujours guidé François ! Il est d’ailleurs, lui-même, éleveur et possède quelques moutons, des lapins et des poules !

« J’ai toujours ces gènes du fils d’agriculteur
qui a été élevé en milieu agricole ».

 

En 2012, nouvelle étape.

Il intègre GDS Bretagne, convaincu qu’il pourra exprimer sa vision du métier, celle qui l’a tant séduite au Québec : une approche plus préventive, une approche « conseil » plus globale. Référent de la section caprine et ovine, François gère également en section
bovine, des protocoles multi-factoriels type fusion de troupeaux et délégation de génisses. Les différences entre un vétérinaire de terrain et un vétérinaire conseil sont réelles.
Un vétérinaire libéral a une approche de médecine individuelle et une approche intra-troupeau. Même si le métier de vétérinaire libéral est en train d’évoluer. Au sein de GDS
Bretagne, l’approche se situe au niveau des troupeaux et est plutôt inter-cheptels. L’objectif est de rédiger des plans de maîtrise intra-troupeau et inter-cheptel sur une zone un département voire une région. La relation avec les éleveurs diffère également.
Le vétérinaire conseil intervient auprès d’éleveurs qui doivent faire face à des situations sanitaires parfois précaires techniquement et psychologiquement. Le rôle du véto est de rassurer, motiver et alerter les éleveurs et son vétérinaire traitant si besoin. Lorsqu’on exerce ce métier, l’emploi du temps est diversifié. Tout dépend des périodes, des missions confiées par GDS Bretagne, des projets, des urgences à gérer. 50 % du temps est dédié à un travail de bureau et 50 % du temps est un travail de terrain où le vétérinaire conseil se rend sur l’élevage avec le vétérinaire traitant.

“Il faut être en mesure
de s’adapter aux situations
et à chaque éleveur”.

 

Les vétérinaires ne sont pas des « super-héros » selon François mais certaines qualités sont requises pour exercer ce métier.

 

La science évoluant constamment, il est important de chercher des compétences nouvelles
et de se former. Au cours des visites, les vétérinaires font parfois des rencontres exceptionnelles. Mais la vraie satisfaction pour un vétérinaire conseil est d’obtenir « la reconnaissance » d’un éleveur après un accompagnement.
L’objectif final de ce métier, c’est bel et bien de satisfaire les gens.

 

8 vétérinaires exercent au sein de GDS Bretagne. Ils conseillent et accompagnent les éleveurs adhérents dans leurs pratiques quotidiennes et lors d’évènements sanitaires particuliers. Ils développent, mettent en application avec l’équipe opérationnelle et supervisent techniquement différents plans de maîtrise sanitaire soit collectifs ou soit à l’échelle du troupeau et ce dans différentes espèces animales. Ils épaulent également la direction par rapport aux échanges techniques avec les partenaires.
Comme les éleveurs sont aussi infirmiers de leur élevage, les vétérinaires de GDS Bretagne dispensent également des formations tout au long de l’année pour les aider à optimiser la gestion sanitaire de leur troupeau.

Repères

  • 1980 Naissance en Belgique (Wallonie)
  • 1998 >2005
    Études en médecine vétérinaire à Namur puis Liège
    Stage de fin d’études en Belgique et au Québec
    Diplômé en 2005.
  • fin 2005 >janvier 2012
    Vétérinaire libéral d’abords 2 mois en Belgique puis en Bretagne (Morbihan)
    Activité essentiellement rural (70 %), équine (20 %) et canine (10 %)
  • janvier 2012 >aujourd’hui
    Vétérinaire conseil à GDS Bretagne en élevage bovin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *