20
Fév

L’élevage et les nouvelles technologies

matériel de traite
écrit par GDS
0 commentaire

De nouveaux enjeux

Depuis plusieurs années, les nouvelles technologies, présentes dans tous les domaines, ont investi le marché agricole dans le but d’aider les agriculteurs, de leur faire gagner du temps, de leur simplifier le travail mais aussi d’augmenter leurs revenus.

Arrivé principalement des États-Unis, ce phénomène de développement technologique s’étend, de plus en plus, notamment en Europe et gagne petit à petit le marché français. Avec les nouvelles technologies beaucoup de choses passent désormais par l’utilisation de smartphones, tablettes, téléphones portables ou encore ordinateurs portables. L’accès à internet ou à un réseau mobile est donc requis afin de recevoir des alertes, de piloter des outils à distance ou encore d’utiliser des applications professionnelles dans le but de suivre tout ce qui se passe au sein de son exploitation.

élevage et nouvelles technologies

La salle de traite automatisée est aujourd’hui un incontournable

L’entrée du numérique dans le domaine de l’élevage, notamment dans les exploitations, a totalement bouleversé le quotidien des agriculteurs qui ont dû s’adapter à cette révolution. De nouvelles tâches apparaissent tandis que d’autres disparaissent.

Les conditions d’élevage sont de plus en plus propices au développement des nouvelles technologies : les exploitations s’agrandissent pour une main d’œuvre qui diminue et une productivité qui augmente toujours plus. Grâce à la recherche ainsi qu’au progrès technique, le métier d’agriculteur évolue en fonction de son temps et de son époque, entraînant un élevage de précision de plus en plus important.

Des équipements nouveaux aux fonctions diverses

élevage et nouvelles technologies

De nombreux outils électroniques permettent des données précises

Le développement des nouvelles technologies passe par l’utilisation simultanée d’automates tels que les robots. Cela permet de décharger les éleveurs de certaines tâches. Il existe par exemple, des capteurs pour mesurer les paramètres physiques, comportementaux, physiologiques ou encore de production sur les animaux. Par ailleurs, il y a aussi des technologies de l’information et de la communication qui permettent le stockage et l’échange des données du travail réalisé par les éleveurs. À l’heure actuelle, de plus en plus d’innovations voient le jour, de nouveaux outils à mêmes de répondre aux besoins des agriculteurs :

  • Les robots avec les robots de traite, de raclage, d’alimentation…
  • Les capteurs

Ils ont différentes fonctions comme activer ou piloter les autres outils technologiques, automatiser une tâche pouvant être réalisée manuellement ou encore mesurer de nouveaux paramètres non-détectables par l‘œil humain. Dans les élevages, les capteurs peuvent détecter les chaleurs, surveiller les vêlages, détecter des troubles de santé et piloter l’alimentation. Ils sont souvent reliés au téléphone de l’éleveur afin qu’il soit informé de tout en temps réel. Ces outils fournissent un grand nombre d’informations, les éleveurs passent moins de temps au suivi du troupeau, mais ils font plus attention aux alertes et sont plus attentifs aux vaches qui en ont besoin.

  • Les mini caméras qui permettent de faciliter l’insémination
  • Les drones pour aller chercher le troupeau de vache par exemple…
élevage et nouvelles technologies.

Utilisation de drone pour contrôler les sols ou ramener un troupeau

L’élevage de précision se développe de plus en plus et il nécessite une attention particulière au stockage des données créées par les différents outils technologiques d’où le développement du big data. Le big data c’est la collecte, la transmission et la gestion des données numériques. On la retrouve notamment dans le domaine agricole à travers les données présentent dans les drones, les outils numériques, les robots, les tracteurs…

Conséquences des nouvelles technologies pour les éleveurs

 

Gain de temps et souplesse dans les horaires

Les nouvelles technologies font gagner du temps aux agriculteurs, ils peuvent donc le consacrer à une autre activité ou se concentrer sur les animaux nécessitant une attention particulière… La traite est faite par le robot ce qui permet à l’agriculteur de se consacrer à d’autres travaux ou des activités à plus forte valeur ajoutée. Certaines tâches ne nécessitent pas de suivre un horaire précis, le temps est donc redistribué.

Réduction de la pénibilité physique et mentale

Les outils technologiques remplacent les éleveurs dans certaines de leurs tâches plus ou moins contraignantes. Ici encore, l’exemple du robot de traite est approprié, il remplace le travail de l’éleveur et stocke les informations sur la surveillance des animaux, ce qui réduit la pénibilité physique de l’éleveur. L’agriculteur peut davantage se reposer sur les nouvelles technologies qui détectent plus facilement certaines anomalies, ce qui allège le stress de l’éleveur.

Nouvelles compétences à acquérir

Les nouvelles technologies ont entraîné la création de nouvelles activités qui nécessitent d’acquérir certaines compétences. L’éleveur doit apprendre à gérer et analyser les données, à utiliser les robots et les capteurs…

élevage et nouvelles technologies

Le métier d’agriculteur demande plusieurs compétences.

Transformation des relations entre l’homme et l’animal

Les contacts entre les animaux et l’éleveur sont réduits car ce sont les machines qui réalisent certaines tâches lors desquelles l’éleveur était proche des animaux. L’éleveur se concentre davantage sur des tâches plus complexes comme les inséminations, les vêlages…

Conclusion

Les nouvelles technologies sont en pleine expansion sur le marché agricole français. L’agriculture connectée constitue une révolution qui, dans quelques années, ne pourra plus être ignorée. Aujourd’hui, ce sont surtout les grosses exploitations qui bénéficient de ces services car le besoin ne s’en fait pas toujours ressentir pour les autres. L’utilisation de ces nouvelles technologies engendre certains frais pour les éleveurs mais il s’agit d’un investissement à long terme qui leur permettra d’en tirer du profit par la suite. D’ici quelques années, un grand nombre d’exploitations seront équipées de ces nouveautés mais il faut pour cela que les agriculteurs arrivent à franchir le cap de cette transition technologique. Voici un défi ambitieux à relever pour l’avenir…

Sources :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *