09
Mar

Être vétérinaire rural au quotidien

Une vétérinaire - U.S. Department of Agriculture - cc
écrit par GDS
Un commentaire

Vétérinaire rural ça consiste en quoi ?

Les fonctions exercées par le vétérinaire sont extrêmement diversifiées. Les principaux domaines d’intervention sont :

  • la santé et la protection des animaux,
  • la sécurité sanitaire des aliments et la santé publique,
  • la préservation de la faune et de l’environnement.

Trois types de vétérinaires peuvent être distingués :

  • le vétérinaire canin : chiens, chats, animaux de compagnie,
  • le vétérinaire rural : vaches, chevaux,
  • le vétérinaire équin : chevaux (chevaux de sport et de loisirs).

Souvent, le vétérinaire rural pratique une médecine mixte même si 90 % de son activité est consacrée aux animaux dits de rente : bovins, ovins, moutons, chevaux…

Toujours sur route et souvent à l’extérieur

Le vétérinaire rural passe la plupart de son temps à sillonner les routes de campagne pour aller d’exploitation en exploitation. Il doit également aimer travailler à l’extérieur.

Il faut savoir que bien souvent le vétérinaire ne compte pas ses heures. Ce métier exige une grande disponibilité. On peut travailler tard le soir ou bien la nuit, les jours de garde.

Des missions nombreuses et variées

Les missions sont nombreuses et variées :

  • établir des diagnostics,
  • mettre en place des traitements adaptés,
  • procéder à des interventions chirurgicales,
  • établir des examens (analyses, prélèvements, radios…),
  • pratiquer des inséminations artificielles,
  • intervenir d’urgence sur les mises bas difficiles, césariennes, opérations…,
  • pratiquer une euthanasie,
  • informer les éleveurs sur les soins et les bonnes pratiques,
  • avoir un rôle de veille sanitaire, de conseil et de prévention auprès des éleveurs,
  • assurer la sécurité sanitaire des aliments et garantir la santé publique.

Un véritable partenaire pour l’éleveur

Visite sanitaire, suivi permanent de l’élevage, bilan sanitaire, protocoles de soins, conseils…les vétérinaires sont de véritables partenaires pour les éleveurs qui exercent une grande responsabilité dans le domaine de la santé animale et publique. L’enjeu économique fort pour les éleveurs fait résonance chez le vétérinaire pour mettre en place des actions de prévention et pour agir efficacement lorsque les animaux sont malades.

Les qualités requises

Être passionné

Il s’agit peut-être dʼune évidence mais il faut aimer les animaux et ne pas en avoir peur. Les bêtes prises en charge par le vétérinaire sont souvent impressionnantes par leur gabarit : on ne soigne pas seulement des petits veaux mais des vaches, des taureaux, des chevaux…

Avoir un grand sens de l’observation

Il est important de savoir observer les animaux. En effet, ces derniers nécessitent la plus grande attention afin de mieux établir un diagnostic. Ainsi, tous les sens du vétérinaire doivent être en éveil pour mieux identifier les symptômes de l’animal.

Être pédagogue et savoir établir des relations de confiance avec les éleveurs

Il faut parfois faire preuve de tact et de délicatesse pour informer un éleveur de l’état de santé de son animal. Non seulement car la dimension affective est touchée mais aussi car la dimension économique est impactée, or elle est primordiale pour l’éleveur.

Avoir des compétences en matières administrative et comptable

Le plus souvent, le vétérinaire rural est un professionnel libéral qui doit donc gérer son activité comme un chef dʼentreprise.

Combien dʼannées d’étude ?

Bien souvent, il s’agit d’une vocation précoce… Il faut compter 5 ans après le bac dans l’une école des quatre écoles vétérinaires (Lyon / Nantes / Toulouse / Maisons-alfort). Après 2 ans de classe préparatoire BCPST (Biologie, physique, chimie, science et vie de la Terre) ou un DEUG science de la vie ou un BTSA (Brevet de technicien supérieur agricole), il faut passer le concours.

Les quatre écoles vétérinaires délivrent un diplôme à l’issue de cinq années de formation théorique et clinique. Le nombre de places ouvertes aux concours et leur répartition est fixée par le Ministère de lʼAgriculture.

Liens

Un commentaire pour Être vétérinaire rural au quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *