23
Nov

COP 21, quels enjeux ?

écrit par GDS
0 commentaire

A quelques jours de la COP 21, Jean Jouzel du  Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)  répond à nos questions sur les enjeux de ce RDV mondial sur le climat.

jjouzelQuel est le diagnostic du GIEC ?
Nous avons déjà une certitude : l’atmosphère se modifie de manière rapide et importante. Sur plus de 10 000 ans, les scientifiques observent une augmentation très nette depuis 200 ans des teneurs en gaz carbonique, méthane et protoxyde d’azote. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) sont à 75 % dues au CO2, lié à l’exploitation des combustibles fossiles. Le reste est du notamment aux ruminants et aux engrais. Résultat, le niveau de température augmente, le climat se réchauffe, mais pas de manière homogène sur la planète. Les conséquences sont énormes : fonte des glaciers, migrations des bancs de poissons, inondations et sécheresses, modification des cycles biologiques… Il suffit de regarder autour de nous : les dates de floraison se sont avancées de 3 semaines en 50 ans.

A quoi est du ce réchauffement ?
C’est là que le débat commence. Le climat a toujours varié pour des causes naturelles comme les explosions volcaniques, les cyclones…Mais pour les experts du GIEC, il est extrêmement probable que ce réchauffement soit du aux modifications des activités humaines depuis 200 ans.

Quels scénarios à l’avenir ?
Pour simplifier, nous avons imaginé deux scénarios : un scénario émetteur et un scénario sobre. Dans le 1er cas, le réchauffement serait de 4 à 5 °C en moyenne à la fin du siècle. Les conséquences seraient dramatiques sur les milieux naturels avec l’acidification des océans, la fonte de zones gelées, des événements extrêmes plus fréquents ou plus intenses (canicules, cyclones, inondations…). Ce scénario menace la sécurité sanitaire et alimentaire ; il accentuerait le nombre de réfugiés climatiques. Cela aurait des conséquences parfois irréversibles sur la biodiversité, sur les rendements agricoles et plus généralement sur l’environnement et la santé. A l’inverse, le scénario sobre se limite à une augmentation de 2°C. Le climat est alors « stabilisé », ce qui entraînerait quand même une montée du niveau de la mer de 30 à 40 cm à la fin du siècle et jusqu’à un mètre sur le très long terme. Les étés risquent d’être plus secs dans le sud du pays, les ressources en eau plus rares et les précipitations hivernales plus fortes notamment sur la façade atlantique, à l’image de ce qui s’est passé durant l’hiver 2014.

Quel est l’enjeu du rendez-vous du COP 21 ?
La prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) doit se dérouler en décembre prochain à Paris. Cette conférence devrait aboutir à un accord international sur le climat. Les pays les plus émetteurs de GES sont la Chine (27 %) devant les USA (14 %) et l’Europe (10 %). Depuis les dernières conférences mondiales (Kyoto en 1997, Copenhague en 2009), l’objectif clairement affiché est maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C avec des engagements chiffrés par pays. Cet accord comprendrait 3 phases : agir tout de suite sans attendre, diminuer les émissions de GES par 2 ou 3 à l’horizon 2050 de manière à obtenir une neutralité carbone à la fin du siècle.

Que faudra-t-il faire ?
Nous devrons investir de manière importante en matière d’efficacité énergétique, par exemple dans les logements, accepter de désinvestir sur les extractions de ressources fossiles, encourager les énergies renouvelables, et assurer la mobilité grâce à l’énergie électrique. Cela supposera de changer nos modes de développement (production et consommation). Mais c’est aussi une fantastique opportunité de recherche et d’innovation et même de création d’emplois. C’est techniquement possible et économiquement viable. Mais cela passera par des phases de transition pour adopter un nouveau mode de vie pour la planète.
Propos recueillis par Rémi Mer

Repères

Né à Janzé (35), Jean Jouzel est reconnu mondialement pour ses travaux de recherche sur l’Antarctique et le Groenland. Expert depuis 1994 puis vice-président du groupe scientifique du GIEC organisation qui reçoit le Prix Nobel de la Paix en 2007.

GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

COP21 : Conférence de Paris sur les changements climatiques aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *